Quel type de cigarette électronique est faite pour vous ?

cigarette électronique

L’e-cigarette a pris beaucoup plus d’ampleur depuis quelque temps. Ne produisant pas de goudrons ni de combustion, ce dispositif permet d’imiter l’attitude d’un fumeur avec la fumée et le goût, mais sans toxicité. Ses utilisateurs n’ont pas ainsi la sensation d’arrêter de fumer, certains se sont même débarrassés du tabac et de ses méfaits sur la santé.  
Considéré comme un substitut de la cigarette classique, il est important de comprendre son fonctionnement.

La cigarette électronique, un substitut du tabac

La cigarette électronique ou e-cigarette est un appareil électronique, générant un gaz destiné à être aspiré. Appelé aussi le vapoteur, ce produit dégage une vapeur ressemblant à l’œil nu à celle libérée par la combustion du tabac. Le gaz peut être associé à des arômes, selon le choix de l’utilisateur, et contenir ou non de l’alcaloïde. L’e-cigarette peut reproduire également le hit, cette sensation de picotement au fond de la gorge. La vapoteuse peut être représentée sous différentes formes notamment en tubes : de forme tubulaire donc, compacte, discrète et assez polyvalente ; en pods : qui sont les plus destinés à ceux qui débutent vu qu’ils sont simples d’utilisation ; et en box se distinguent le plus par son autonomie, son ergonomie et ce qui fait qu’ils sont les plus utilisés. Des sites de vapoteur proposent de larges choix en cigarette électronique et selon les besoins de chacun.

Origine de cette invention

La cigarette électronique n’est pas une invention récente. Élaborée en 1963, elle a été conçue et représentée sous forme de simples croquis expliquant le processus de remplacement et de transformation du tabac classique en une vapeur non toxique. Un premier modèle a été présenté au public en 2003. Les chercheurs combinent des éléments à vibration et d’un fil pour chauffer et conduire à vapeur le liquide. Le vapotage s’est ensuite répandu dans le monde entier. Un vapoteur brandit ses e-cigarettes chaque jour et inhale de délicieuses fumées embaumées. Le monde de la vapoteuse est en constante évolution du fait que les fabricants innovent et proposent du matériel moderne et technologique. La création s’améliore et est de plus en plus diversifiée. Il en existe pour tous les goûts et tous les besoins comme pour les petits fumeurs (occasionnel ou ponctuel), pour les fumeurs moyens ou pour les grands fumeurs (constant et intense).

Composant de ce dispositif

Plusieurs modèles, tailles et accessoires sont disponibles quand il s’agit d’e-cig. Depuis celles qui sont jetables, donc presque identiques à la cigarette classique, jusqu’aux dernières modèles qui peuvent s’éloigner des références au tabac. Un vapoteur est généralement composé de deux éléments : la batterie et le clearomiseur. La batterie qui est une source d’alimentation à l’atomiseur et doit être rechargée régulièrement. Sa qualité dépend de son autonomie. Cette dernière peut être exprimée en en milliampères par heure (mAh). Le clearomiseur ou l’atomiseur est celui qui est fait pour chauffer le liquide afin de générer le gaz. Cette partie est composée d’un réservoir, d’une résistance et d’un embout buccal. Le réservoir contient le fluide destiné à être vapoté. Ce liquide peut être parfumé et contenir ou non de la nicotine. Le réservoir est souvent conçu en pyrex transparent et sa capacité est exprimée en millilitre (ml). Enfin, l’embout buccal est la pièce située à l’extérieur et au sommet du clearomiseur. Il sert à protéger les lèvres de la chaleur produite par la résistance lors de l’aspiration.

Utilisation de ce mécanisme électronique

L’e-cigarette est faite pour être aspirée et non fumée. En effet, l’utilisateur aspire la vapeur dégagée par le chauffage de l’e-liquide. Une bonne méthode s’avère alors importante pour ce dispositif électronique. Les aspirations doivent être plus longues et plus douces (3 à 4 secondes). Dans le cas contraire, vous pouvez risquer d’avoir un picotement trop fort dans la gorge et même de tousser. Avant la première utilisation d’une cigarette électronique, il est primordial de bien déclencher la résistance. Il est également conseillé d’en avoir plusieurs en réserve. Mais pourquoi cela ? En effet, la durée de vie d’une résistance n’est que de quelques semaines. Dans le cas où elle commence à s’amortir, le dispositif émet un changement de saveur et une diminution de la production de vapeur. Pour que la cigarette électronique ne se détériore pas le plus rapidement, il faut prendre en considération le choix de l’e-liquide à utiliser. Ce dernier doit être compatible avec la résistance. Dans le cas d’une incompatibilité, cela pourrait endommager la résistance, mais aussi tout le système de la cigarette électronique. Il est donc primordial de s’informer sur le dispositif à utiliser avant de s’en servir. Cette étude permet d’obtenir plus de sécurité et de confiance dans le vapotage. En effet, une mauvaise maîtrise des composants et composantes d’une cigarette électronique est susceptible d’engendrer des dangers. Or, il est recommandé de se pencher sur tous les éléments constitutifs d’un gadget de ce type. Ce fait accorde plus de conviction et d’assurance aux utilisateurs.